Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Meilleur espoir féminin

Publié le par Supernova


Les lesbiennes et les mangas...plus qu'une histoire d'amours
Il est loin le temps des animés où la lesbienne-objet incarnait le désir sublimé via la mise en scène de situations jouissives et souvent exagérées (voir écoeurantes).
Non pas si loin que cela, mais désormais le saphisme s'est fait une véritable place dans l'animation et la bande dessinée japonaises. Certains disent que Lady Oscar marque LE commencement ; parce que là où il y'a travstissement il 'ya "confusion des genres" (genre comme sexe social) et bouleversement des normes (attribués à chanque genre). Mais comme le rappellent Nicole PELLEGRIN et Christine BARD, (Clio, n°10/1999, Femmes travesties : un "mauvais" genre) : le travestissement peut être d'inspiration carnavalesque, dramaturgique, économique, patriotique, protoféministe, transgénérique, saphique... et Lady Oscar n'avait pas de penchants saphiques. Mais sa petite protégée, si. Rosalie.  Donc Rosalie éperdument folle d'Oscar lui déclare sa flamme (dans la version papier de la série, la version animée étant censurée) ; la réponse d'Oscar à Rosalie : "N'oublie pas que je suis une femme"
L'habit ne fait pas la gouine le moine.


Notre cérémonie des Oscars est un clin d'oeil
 à la célébrissime Lady


Quelques siècles après Lady Oscar, deux séries vont populariser le Yuri.
Sailor Moon avec timidité, et surtout Utena.
Nous ne parlerons pas de travestissment dans Sailor Moon. Certes, les guerrières de la lune portaient des costumes de Marin (sailor) mais ells étaient émancipées et pas lesbiennes... sauf dans certaines fanfic (fan-fiction) du w.w.w. (world wide web et non wild wild west).
Toutefois, une petite poignée de mâles et femelles sailor-mooniens entretenaient des relations plutôt ambigues avec certains de leurs camar
ades de même sexe.  C'est ainsi que Michiru et Haruka commencèrent à hanter certains sites dédiés au saphisme dans l'animation japonaise.

  

 Sailors Neptune et Uranus

Et arriva Utena, la fillette révolutionnaire, nous comprenons maintenant pourquoi. Ainsi commence Utena : une bande de duellistes s'affrontent au sabre pour conquérir Anthy, la Fiancée de la Rose , détentrice d'un pouvoir magique, et posséder ainsi le pouvoir des Miracles, celui de révolutionner le monde. Par son statut, Anthy est une esclave entièrement dévouée au vainqueur des duels. Elle se pliera à ses moindres volontés, y compris sexuels, et que ce dernier soit masculin ou féminin. Utena, fraichement arrivée à l'Académie (école), est mêlée  malgré elle aux duels. Elle porte au doigt le sceau de la Rose offert par le Prince qui l'avait sauvée autrefois de la noyade, ce qui pousse l'un des duellistes à la défier. Elle en sortira vainqueur, aidée par l'esprit de celui qui l'avait sauvée des années auparavant. C'est d'ailleurs depuis cet accident que Utena  a décidé de devenir elle-même Prince et de sauver les autres.
Elle commencera par Anthy en gagnant les duels... 
On pourrait évoquer Utena avec les mots suivants : une princesse nostalgique travestie en Prince, une sorcière victimisée tuèrent leurs princes (corrompus) pour rester ensemble. La mort du conte de fée donc, puisque la salvation ne vient pas du Prince, mais de la Princesse, et la sorcière n'est pas un bourreau mais une victime.  Toutefois la série est plus complexe que cela; et le film est également déroutant. Utena est donc un théâtre de symboles qui se prête à des interprêtation variées en explorant de nombreux thèmes : mystère, perte de soi, surréalisme, jalousie, trahison, incertitudes, amours altersexuelles,  hétérosexuelles, incestueuses. Utena explore également l'absurde au sens philosophique du terme.

Enfin,il y a cette image d'Utena : celle d'Anthy (personnage s'avérant au final très complexe) passant une épée à travers le  corps d'Utena en lui expliquant qu'elle doit être sauvée par un Prince ; or Utena étant une fille elle ne peut devenir son Prince. D'où l'impossible salvation (impossible et absurde ?).
Et pourtant, dans le prologue... pourtant...


Juri

Enfin, on ne saurait parler d'Utena sans évoquer Juri, autre personnage phare de la série. La charismatique Juri  aurait pu voler la vedette à Utena, mais pas de rivalité dans la guerre des Roses. Juri (ci-dessu) ne s'intéresse ni à Anthy ni au Prince. Elle veut remporter les duels pour prouver que le pouvoir de Rvéolutionner le monde n'est rien d'autre qu'une utopie . ... Il faut dire que la froide, distante, gracieuse et pessimiste Juri (elle ne croit plus aux miracles) cache de grandes blessures spirituelles.

Enfin, si l'animé joue sur l'ambiguité, le film lui réalise tous les fantasmes
et livre un happy end ainsi que l'un des plus beaux baisers saphiques animés.


Utena Anthy

Grandement inspiré de Lady Oscar  avec ses costumes, ses duels, ses roses symboliques, mais  allant beaucoup plus loin que notre Oscar aux boucles d'or, Utena aurait donc ouvert la porte. Mais en 2002, une nouvelle série apporte un nouveau souffle au Yuri.


Maria-sama ga miteru

Une école catholique pour filles. Les relations intenses entre les différents personnages. La fascination de l'héhroine, Yumi, pour une autre fille Sachiko, membre du conseil des élèves, etc.
 N'ayant régardé que 5 épidsodes de cette série (cela ne suffit pas) et en abusant de la touche avance rapide de mon lecteur, je vais me permettre de citer une critique assez juste à mes yeuxe : une ambiance feutrée, digne d'un film à costume se déroulant au 18e siècle, qui plaira à ceux qui recherchent parfois le calme dans ce monde d'anime parfois brutal. Mais cet anime n'est pas "léger"; l'atmosphère se révèle parfois lourde et les tensions qui nourrissent souvent le scénario amènent à découvrir des personnages variés. Tout est en général décrit du point de vue de Yumi, une fille attachante qui se retrouve propulsée un peu malgré elle dans cette hiérarchie. [...]c'est une sorte de saga sans prétention où l'on ressent bien l'aspect "enfermé" que peut avoir une école de ce genre, avec ses propres règles etc... - Mitch Allair, Animeka.com



Après Maria-sama, d'autres séries ont suivi, et le yuri a infiltré tous les genres du manga. Ce qui fait qu'au 21è siecle des lesbiennespeuvent sauver le monde sans que cela suscite des interrogations (ontologiques). En somme de la parodie au drame le plus cru, les lesbiennes font l'animation... et c'est réussi.

Oscar de la meilleure production :

  -----  
Free Soul, Ebine Yamaji   -----

   

Oscar de la meilleure comedie :


Nagissa / Etoile

Strawberry Panic
Strawberry Panic raconte le quotidien de Nagissa dans une maison de pension pour étudiantes fréquentant les trois écoles différentes de la ville : les Académies St Spica, St Le Rim et St Miatre. Dès le jour de son arrivée, Nagissa tombe sur la belle, populaire  et très douée Shizuma, laquelle a le statut d'Etoile,
 donc représentante des trois Académies.

 


Il s'avère que la discrète Nagissa ne laisse pas indifférente notre brillante Etoile.
  
 
L'androgyne aux cheveux bleus : la charismatique Amané , dite "Prince de Spica" et chérie de ces dames.
Sur le devant de la scène malgré elle, elle semble prendre beaucoup de recul face aux divers évènements de la pension (élection de la future Etoile...). On peut dire que  Strawberry Panic ressemble à un théàtre avec ses codes et règles : mais desquelles s'agit-il ? Celle des Académies dans lesquelles se trouvent les personnages ou celles des émotions brutes ?

A noter : vous verrez que dans de nombreuses séries  des filles extrêmement
brillantes, intelligentes, charismatiques, froides et/ou distantes, et parfois torturées  tomber fiévreusement amoureuses de jeunes filles maladroites, pas très futées quelques fois, et peu sures d'elles.
Exemples : Strawberry Panic, Maria Sama Gamiteru,
Kannazuki no Miko


Oscar du Meilleur second rôle:

Yuri Arisugawa, de Utena
Yuri est un de spersonnages qui incarne le mieux la dimension tragique d'Utena. Distante, gracieuse, réfléchie, et peu-être plus adulte que les autres, la fille qui ne croit pas au miracle et  a une parfaite maitrise de l'art de l'escrime  veut remporter les duels pour prouver que le pouvoir des mMiracles ets une utopie. Ce pessimisme est la conséquence d'une profonde blessure puisque la froide et crainte Juri perd tous ses moyens devant son amie d'enfance Shiori, une peste immature et naive, qui aime un garçon nommé Ruka, lequel aime notre charismatique Juri. Une espèce de trinagle amoureux où chacun souffre. Ruka dira à Juri qu'elle s'est trompée de Prince.



Oscar de la Meilleure mise en scene (graphique):

Blue
, Kiriko Nananan

En attendant mon analyse voici une critique de ce tout dernier coup de coeur : Kiriko Nananan a créé un scénario en parfait accord avec son traitement graphique, où les non-dits et la sensualité jouent une place prépondérante. Kirishima est enveloppée d'une aura de mystère, renforcée par son caractère taciturne, qui lui donne un côté séduisant. C'est aussi le mystère qui entoure sa camarade Endô qui attire et fascine Kirishima. Mais cet inconnu peut aussi détruire tout ce qui a été construit entre elles, par le mensonge, le manque de communication et de franchise et surtout la peur de décevoir l'autre en se mettant à nu. C'est sur cette peur, que Kiriko Nananan construit son récit: peur de l'autre, de se montrer, peur de l'avenir, de ne pas être à la hauteur des attentes de sa famille et de celle qu'on aime... Derrière l'ambiance calme et apaisée qu'amène le traitement graphique se cache une grande anxiété et un mal de vivre. www.bulledair.com



Oscar de la Meilleure adaptation anime/grand ecran


Love My Life, d'Ebine YAMAJI



Love My Life de Koji KAWANO : frais, optimiste et léger


Oscar d'honneur
Ebine Yamaji pour toute sa production (et la qualité de sa production)

      
  
 
Indigo Blue               Love My Life                           Sweet Lovin'Baby           Free Soul




Commenter cet article

yellowmoon 19/01/2008 22:48

à quand un oscar du blog ... lesbien? avec toi à la première place ... ? peut être ...

Jo 19/01/2008 05:38

Je découvre, et j'adore. Ton blog est superbe.